· 

Dix ans en confréries!

Didier Verchère photographe
Didier Verchère photographe

 

Reporter Photographe au cœur des confréries depuis 10 ans j’ai eu maintes fois l’occasion de rencontrer des hommes et des femmes qui défendent les produits de la terre, les métiers de bouche, l’art de la table.

 

C’est avec grand plaisir que je vous invite à  découvrir à travers mes photos, des défenseurs du  patrimoine culinaire, ceux et celles qui ont un réel désir, un besoin d’aiguiser nos papilles gustatives, d’étancher  notre soif de breuvages du terroir. De faire la promotion, la  communication haute en couleurs et en goût, la transmission d’un savoir-faire des « us » et « coutumes ».

 

Loin de l’envie d’’écrire une nouvelle page culinaire, de coucher sur papier des recettes à tour de bras, de faire un nouvel ouvrage de cuisine.

 

Loin de l’envie de publier un énième pamphlet gastronomique ou historique des produits de notre terroir.

Loin de l’envie de réécrire l’histoire des confréries.

Bien des ouvrages existent, tant sur papier que sur le web, il y a  à boire et à manger sans mauvais jeux de mots !

 

Juste l’envie de mettre un peu de moi, au service des traditions culinaires et culturelles dans ce monde méconnue que je fréquente, que je suis, que je photographie ou que je filme.

Ambassadrices  de  charcuteries, pâtisseries, boulangeries, de vins, alcools, liquoreux, fromages et autres mets de notre gastronomie plus de 800 identités  en France défendent l’oenogastronomie.

 

 

 Sans les connaitre on les prend pour une secte, une invasion folklorique, des gens d’un autre monde, il n’en est rien !

 

 

Sous le crépitement de mes boitiers, j’ai fais leur connaissance, se sont de bons vivants, des becs fins, des adorateurs de la bonne chère, de bons buveurs, des amoureux du  banquet...

Sans jamais se reposer sur l’héritage intégrale de nos « anciens » , des professionnels des métiers de bouche et alentours, des épicuriens, des amoureux de la « bonne bouffe » se fédèrent en association pour porter les couleurs bigarrées, l’emblème d’un fromage dénommé Camembert, d’une Saucisse de Morteau, une Andouille de Jargeau, de Vire, une Bernache de Mazé, un hareng de Berg, une Chouquette du gâtinais, un pain d’épices de St Grégoire de Nicopolis, un vins de l’Orléanais, une pourlècherie en nougat de Tours, une Mounjetos, une tête de veau de Pauillac, une Appellation de Bordeaux, une tarte des sœurs Tatin et bien d’autres encore...

 

Ambassadrices  de  charcuteries, pâtisseries, boulangeries, de vins, alcools, liquoreux, fromages et autres mets de notre gastronomie plus de 800 identités  en France défendent l’oenogastronomie.

 

 « Nous sommes les confréries, chaque jour nous chantons la vie.

Nous aimons nous rencontrer, dans la joie et l’amitié... »

 

Erit par G.Perriot, extrait de     » La Marche des Confréries » 

 

 

Nous les croisons sur les marchés, dans des fêtes de village, dans les rassemblements gastronomiques. Elles se nomment CONFRERIES, COMMANDERIES, CORPORATIONS ! Elles accueillent les dignitaires qui  deviennent les ambassadeurs des produits de nos régions.

En cette année de l’an de grâce 2017 je tiens particulièrement à faire un petit clin d’œil à la Confrérie Oenogastronomique des Chevaliers d’Orléans- Cléry pour ce dixième anniversaire des vins Orléans et Orléans-Cléry en reconnaissance internationale Appellation Origine Contrôlé (A. O. C).

 

D.Verchère

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0