Extraits des livres """ De la Cibi à l'humanitaire 73.51.88  Cordialités- Salutations &  Cibi d'hier à aujourd'hui mode d'emploi"""

Dessins illustrations  ALG  journal  """En breack"""  ©  Tous droits réservés.

 

CIBISTE :  Issus du C et du B prononcé en version « IN » CI’BI, prononciation anglophone qui en terme de néologie devient la bannière de ralliement verbal en référence à l ’appartenance au monde opérant en communication radio dit Citizen Band, bande du citoyen. Une bande de fréquences situées entre 26.960 mégahertz et 27.410 mégahertz  dans la longueur d'ondes des 11 mètres. Attribuées pour le citoyen sans obligation de licence, en droit de discution libre en  toute  convivialité dans le respect et la courtoisie.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale la communication radio pour Monsieur et Madame tout le monde c’est ouverte sur le globe.

Sans frontière, la Bande du Citoyen (traduite de l’anglais) Citizen’S BAND traverse les océans,  survole  les montagnes, ricoche dans les airs, reliant par les ondes les gens du monde entier.

« CQ DX appel longue distance », « Tu me copies l’ami » « Breko-breko » « 73’51 » 212 QRA…

Comme beaucoup de modes, elle nous arrive d’’Outre-Atlantique.

Inventé dans la période d’après-guerre cette forme de Communication Banalisée est le résultat d’un cocktail,  fait d’un trait d’aubaine, d’un soupçon de génie, d’une pincé de bidouillage et un peu de poudre secrète, alchimie de l’homme.

Dans les années 1946/1947 l’armée US surchargée de matériel de guerre en tout genre, décide d’organiser des ventes au grand public. C’est l’éclosion des stocks américains. Tout est  bradé, vendu à l’unité ou en lots, il est possible de s’habiller des pieds à la tête en G.Y du dimanche. Vestes, pantalons, chemises, pull, casquettes, chaussures, ceintures, ustensiles de cuisine de bricolage de campagne, de gadgets ou plus sophistiqué, véhicules démilitarisés, Jeep, GMC ou autres Dodges. Le matériel de transmission radio est bien évidement mis sur les étals.

 

Les premiers prototypes radio du citoyen de la bande sont testés. La CB est en plein balbutiement.

 En 1947 à Atlantic City USA à lieu la conférence mondiale sur l’attribution des fréquences hertziennes, la bande en 27 mégahertz reste curieusement abandonné, non utilisée par les professionnelles en secteur industriel, médicale, scientifique. Cette plage de fréquences est qualifié de ‘bande poubelle’ trop souvent parasité par des perturbations électriques importantes, elle ne peut donc être utilisé que pour une utilisation non professionnel elle est donc  par se fait, concédé pour du contact dit « de loisir… »

Ainsi récupéré par les pionniers, passionnés d’électronique, as de la bidouille, la radio –communication en 27 mégahertz fait ses premiers adeptes…

Les composants se miniaturisent favorisant ainsi la réduction en taille et en poids des premiers émetteurs / récepteurs. En ces débuts l’utilisation des postes reste marginale…

En 1950 les instances américaines, autorisent pour la communication entre usager citoyen l’utilisation du 27 mégahertz en mode amplitude de modulation. Sur 23 fréquences (canaux).Le gouvernement américain prend acte de ce phénomène grandissant et rapidement légifère.

1955/1956, en une année il y a plus de 7000 demandes pour licences de faites auprès des instances de la télécommunication administrative américaine… Extrait du livre "La Cibi d'hier à aujourd'hui mode d'emploi..."

Par l’abandon d’un code de transmission qui n’était plus un secret pour personne, l’armée US, offre l’opportunité aux utilisateurs de CB d’améliorer les discussions, d’abréger les phrases, donner des indications en quelques syllabes. Harmoniser, fluidifier, instaurer une procédure transmission d’utilisation. L’hétérogène contact radio devient homogène sur les ondes. L’anarchie, l’échange de testostérones en joutes verbale modulé, se transforme petit à petit en une identification, une cohabitation de néo communicants, coopératifs, disciplinés. Rangés sous la bannière CB pour une reconnaissance néologique et fraternelle.  

Ce code est utilisé pour les liaisons radio difficile ou secrète pendant la guerre est effectué en  CW (morse), surtout pratiqué dans l’aéronautique et la marine,  ou il sera même transformé en signaux lumineux pour échange à vue entre bateaux...

Il est constitué de 3 lettres commençant toujours par la lettre  Q  d’où le nom de code « Q ».  Celui-ci, comporte trois gros avantages : Il est un langage universel, indépendant, parlé et compris dans toutes les langues, il améliore la définition des questions et des réponses, mais aussi  en accéléré  l’échange communication. L’amateur de radio citoyen de la bande, saute sur l’occasion, s’accaparant ainsi ce code en y remaniant quelques définition apposant ainsi son propre jargon.

Afin de rester dans l’anonymat tout en restant reconnaissable, les stations émettrices /réceptrices vont utiliser des indicatifs radio. Dans le jargon utilisé QRZ  pour le pseudonyme de l’opérateur, mais aussi pour le lieu géographique QTH, QRA pour l’habitation, QSO pour le dialogue, QSY pour le changement de fréquence, etc. (Codes et jargon )

De couleur vert pâle, très costauds, venant du Michigan, les postes de la marque Midland séduisent. Ils font le bonheur des pionniers de la Citizen Band française. Vu le large succès que remporte ces appareils en Amérique, la mode modulation* arrive en force. Le marché français de la Citizen Band connait jusqu’en 1980 une période faste et grandissante. Aucune norme, aucune restriction, juste la détention d’un document acté à la gendarmerie du coin appelé formulaire 30.50 qui identifie le détenteur du poste… C’est, l’époque de *la module plein pot sans vraiment de fois ni de lois. Devant l’escalade vertigineuse de ce moyen de communication, les pouvoirs publics, commencent à s’y intéresser et décident de légiférer sur ce moyen de transmission. Le couperet tombe : la norme 92 411 vient de faire son apparition, 22 canaux avec seulement 2 watts en Modulation de Fréquence avec, en prime, l’achat d’une licence PTT obligatoire à présenter aux autorités lors de contrôles. Terrible désillusion pour les acharnés du micro qui, auparavant, communiquaient avec des postes plus ou moins ‘‘bidouillés’’ de quelques 240 canaux  en Amplitudes de Modulation, sortant  des puissances pouvant aller jusqu’ à 30 watts.

De quoi faire brouiller les postes de télévision du voisinage. Le ministère des PTT en créant cette norme AFNOR 92 411 en décembre 1980 devance les académiciens  français en qualifiant le diminutif CB  « Citizen’s Band » prononcé en version « IN » CI’BI (anglophone) en terme de Canaux Banalisés dans les textes de la norme,  qui repartie et attribue  les fréquences sur une étendu  divisée en 45 sections situés entre  26.965 et 27. 405  mégahertz…  Les canaux  3.7. 11.15 et 19 étant dotés d’un canal bis soit 40 canaux.

Bien évidemment, la norme n’est pas suivie par tout le monde, beaucoup de stations deviennent hors la loi, elles sont cataloguées comme ‘‘Pirates des ondes’’. Les autorités commencent la chasse à l’antenne. Les utilisateurs soucieux  d’une identité « référente »  à leur passions crées le mot CIBISTE qui en terme de néologie devient le drapeau verbale en référence à l’appartenance du monde opérant de la Citizen Band.

En début d’année 1981, c’est la pleine période électorale présidentielle, la chasse est ‘fermée’, les pouvoirs publics entrouvrent la porte à la discussion. Avec un nouveau gouvernement en place, la législation s’est assouplie, des nouvelles normes sont apparues.

Création d’une licence d’exploitation PTT. Timbre fiscale…Pour une validité de 5 ans pour l’utilisation du poste déclaré…A chaque poste sa licence et…, son  timbre. Retour de l’Amplitude de Modulation en 1 watt de puissance, en sortie 2 watts pour la Fréquence Modulée, rajout de 18 canaux, soit un total de 40 fréquences, pour 22 auparavant, pendant  la période ‘’ bridée’’ du 22 FM. Un nouveau mode de modulation est ajouté : il se nomme B.L.U (Bande latérale Unique) . 

Vu le large succès que remporte ces appareils en Amérique, la mode modulation* arrive en force dans l’hexagone. Le marché français de la Citizen band connait jusqu’en 1980 une période faste et grandissante. Aucune norme, aucune restriction, c’est, *la module plein pot.

Devant l’escalade vertigineuse de ce moyen de communication, les pouvoirs publics, commencent à s’y intéresser et décident de légiférer sur ce moyen de transmission. Le couperet tombe : la norme 92 411 vient de faire son apparition, 22 canaux avec seulement 2 watts en Modulation de Fréquence avec, en prime, l’achat d’une licence PTT obligatoire à présenter aux autorités lors de contrôles.

Terrible désillusion pour les acharnés du micro qui, auparavant, communiquaient avec des postes plus ou moins ‘‘bidouillés’’ de quelques 240 canaux  en Amplitudes de Modulation, sortant  des puissances pouvant aller jusqu’ à 30 watts. De quoi faire brouiller les postes de télévision du voisinage .

  Bien évidemment, la norme n’est pas suivie par tout le monde, beaucoup de stations deviennent hors la loi, elles sont cataloguées comme ‘‘Pirates des ondes’’. Les autorités commencent la chasse à l’antenne.  En début d’année 1981, c’est la pleine période électorale présidentielle, la chasse est ‘fermée’, les pouvoirs publics entrouvrent la porte à la discussion.

Avec un nouveau gouvernement en place, la législation s’est assouplie, des nouvelles normes sont apparues. Retour de l’Amplitude de Modulation en 1 watt de puissance, en sortie 2 watts pour la Fréquence Modulée, rajout de 18 canaux, soit un total de 40 fréquences, pour 22 auparavant, pendant  la période ‘’ bridée’’ du 22 FM. Un nouveau mode de modulation est ajouté : il se nomme B.L.U (Bande latérale Unique),  

Les premiers clubs radio, en France, ont vu le jour dans les années 1985. Dans les années 1990, c’est l’explosion des clubs d’assistance-radio.

 

Communiquer & écouter...

Notre sociéte est une société dite de "communication" nous parlons, échangeons tout le temps, de toutes les manières. L' évolution de la technologie a rajouté de la facilité , de l'instantané pour communiquer avec  l'autre coté du globe. La place de la communication par la voix reste malgré toutprédominante. La voix est ce qui permet à l’être humain, d'échanger de l'information, sur un plan émotionnel, de percevoir la joie,  la peine,  le bonheur,  la colère,  la tristesse,  l’amour. elle permet communiquer, un savoir-être, de transmettre un savoir-faire. Il s'agit d'un phénomène complexe. Lorsque l'on parle, nous produisons un ensemble de sons qui possèdent des niveaux de fréquences différents,  qu’elles soient grave,  médium,  aigüe,  nos intonations sont une codification de notre état physique,  psychologique suivant  :  la situation du moment, c’est la manière qui apaisent, ou accentue la relation du contact. L’attitude est primordiale dans le relationnel…

 Dans la communication il y a au sens large du terme, l'émmetteur celui qui parle et le recepteur, celui qui écoute.

Comme dans la vie de tout les jours en n'importe qu'elle occasion, la parole   reste  le vecteur de communication comme elle l'est en radio. Lors d'une transmission,  l'ecoute est tout aussi importante  c'est l'élément principale de l'échange. Ma rencontre  avec Dame CB fin de années 70  m'a permis au fil des ans à me rendre compte qu'il est fondamentale de préter une attention particulière à l'écoute . Beaucoup  de personnes utilisant les modes radio ont tendance à l'oublier.Si nos interlocuteurs ne manifestent pas ou peu d'intérets à notre égard, à notre présence, cela peut etre vite ressenti comme un acte d'indiference, de désintéressement. l'écoute doit être ajustée aux sentiments de l'écouté.Force est de constater que la cmpréhension entres interlocuteurs est conditionné par l'écoute et l'adaptation de la réponse. La différence et la difficulté, se situent entre l'interpretation et la compréhension  d'un message base sur  le respect ou  l'écoute relative..

A travers le monde! CQ! CQ!   CQ DX!!! Appel longue distance

Prononcé C’KIOU, le  CQ DX est l’appel longue distance.

La Citizen Band ou la  bande du citoyen est divisée en plusieurs  modes de trafics :  Il y a la FM où modulation de fréquences,  assez agréable à l’utilisation. La puissance audio croît avec la puissance en watt que délivre l'émmeteur.Ce mode a l’avantage de ne pas générer de parasites succeptible d 'être perturbateurs, notamment sur les téléviseurs, eux-mêmes mal protégés des ondes radio. Le seul inconvénient est la manipulation constante du potentiomètre qui réduit l’effet grésillement radio ondes hertziennes. L ’Amplitude de Modulation AM est le système radio usuel en contact local. La législation étant la puissance est très limitée et donc, la portée en est réduite à quelques kilomètres. Très facile d'utilisation mais pouvant facilement perturber les téléviseurs mal protégés ou équipés à leur antenne râteau, d’amplificateur fréquence hertzienne.

 Reste la partie très prisée de l’opérateur ou opératrice qui aime les grands voyages. Ainsi ‘’La belle lulu’’ ou plus précisément laB‘’Bande Latérale Unique ,en anglais ‘’SSB ‘’( Single-Side Band’) par la séparation de la bande de fréquences en plage supérieure ou plage inférieure, permet des contacts lointain  avec efficacité sur des distances bien plus importantes, d’où l’intérêt pour des liaisons parfois improbables, émisent avec l’autre côté du globe ; si peu, que l’émetteur/récepteur doit être  doté de ce genre de mode et que l’antenne de la station soit adéquate. Les  normes de fréquences françaises homologuées pour 40 canaux, vont de la fréquence 26.965 mégahertz pour le canal 1  à 27.405 mégahertz pour le canal 40.  

 

  

Les contacts longues distances sont rythmés par les saisons, dues au positionnement du soleil, qui a une influence directement sur les ondes électromagnétiques. Cela s’appelle la propagation. La « propag’ » (ainsi nommée par les opérateurs de contact longue distance) est le vecteur de ce mode de communication. Cette dernière varie continuellement suivant l’activité solaire, la position de la terre en rapport avec le soleil et l’ionisation de l’atmosphère.

L’étoile qui nous réchauffe et nous éclaire, est aussi le générateur principal de l’énergie contribuant à l’ionisation de la haute atmosphère terrestre. Loin de moi l’envie d’en décrire ici les détails, car nombre d'ouvrages traitent de cet effet. Pour résumer, c’est une transformation d’hydrogène, d’hélium et quelques autres éléments contribuant à l’ionisation par la continuité des réactions nucléaires. Dans l’espace, la notion de propagation des ondes  dépend de  la présence ou de l’absence d'éléments favorables à la circulation des ondes électromagnétiques.

En B.L.U,  l’onde moyenne sur la bande de fréquences des onze mètres (celle de la cibi)  a l’avantage de se propager régulièrement très loin car elle suit facilement la courbure de la terre. C’est ce que l’on appelle la propagation indirecte. Elle se résume à un effet de réflexion ionosphérique.